Bébé

Comment eviter une crise de colique Nephretique ?

La majeure partie des coliques néphrétiques survient chez les hommes âgés de 40 à 60 ans. Comment faire face à la crise et éviter son retour.

A voir aussi : Comment choisir la veilleuse pour bébé ?

Douleur sévère et brutale dans le bas du dos, à gauche ou à droite. Nous tordons, nous luttons, mais rien ne le fait. C’est un symptôme caractéristique de la colique néphrétique. Ils sont dus à une mauvaise élimination des sels minéraux, qui, au lieu de rester dissous dans l’urine, cristallisent sous la forme d’une petite silice, appelée calcul (lithiase), qui obstrue les voies urinaires supérieures. Ce dernier, situé entre le rein et la vessie (bassin, calice, uretère), contractent pour expulser le tartre et soulager la douleur avec des crises.

Cette douleur, telle que brûlure, déchirure ou « pincement », du côté du rein affecté rayonne souvent vers les organes génitaux.

A lire en complément : Comment choisir la tétine du biberon ?

Nous ne pouvons pas trouver une position qui sera soulagée, nous la cherchons en vain et la peur augmente. C’est une douleur que nous voyons la deuxième fois. D’autres symptômes permettent le diagnostic : mictions fréquentes (lorsque le tartre est près de la vessie), nausées, vomissements et une « fonction réflexe », c’est-à-dire la constipation.

Un facteur de risque : la chaleur…

Si la crise est encore une urgence médicale, elle ne nécessite une hospitalisation immédiate que dans quatre cas :

  • si la douleur est accompagnée de fièvre, car cela peut prouver le risque de septicémie à la rétention d’urine infectée ;
  • si la personne n’a qu’un seul rein pour prévenir l’insuffisance rénale aiguë ;
  • si la douleur est trop intense et ne peut pas être causée par les médicaments habituels sont calmés
  • et enfin, si le médecin n’est pas sûr du diagnostic. Les coliques rénales peuvent vous faire penser à la sigmoïdite (inflammation d’une partie du côlon), l’appendicite…

La maladie de lithiase du système urinaire affecte près de deux Français sur dix, le plus souvent âgés entre 30 et 50 ans. Dans 3 -10% des cas, il y a des antécédents familiaux de lithiase rénale. Cependant, les populations d’Afrique et d’Asie qui ne produisent pas de calculs rénaux souffrent si elles se nourrissent en Occident. En Europe, les crises de coliques néphrétiques sont plus fréquentes dès qu’il fait chaud.

Cause ? L’apport hydrique insuffisant , ce qui explique la fréquence des coliques néphrétiques chez les professionnels (marins, cuisiniers, fonderies) travaillant dans des environnements où vous êtes rapidement déshydraté.

La raison de la compilation des calculs ne peut être vue que dans la moitié des cas, mais les études montrent que la nutrition déséquilibrée est le premier facteur. Trop de calcium (plus de 2 grammes par jour), trop d’oxalate de calcium (si vous buvez plus d’un litre de thé, jus de fruits en conserve ou café par jour ou mangez plus de deux barres de chocolat), l’excès de purine (trop de protéines) ou l’abus de vitamine D de vitamine D Une petite malformation anatomique peut également empêcher la formation de  ; Par exemple, c’est-à-dire l’incapacité du corps à éliminer complètement l’urine du rein ou de la vessie. L’urine va stagner, puis devenir infectée, parfois avec la formation de calculs. Les infections des voies urinaires sont très souvent associées à des coliques néphrétiques. Il arrive également que certaines crises indiquent une maladie qui conduit à une production excessive de calcium ou d’acide urique (hyperparathyroïdie, cystinurie, xantin, hyperoxalurie, hyperuricémie).

Après tout, les médicaments faiblement solubles peuvent être la cause de lithiases : sulfamides, analgésiques (glafénine), diurétiques (triamters).

Calculs divers

Le plus commun (80% des cas) sont des pierres d’oxalate de calcium, qui sont opaques à la radio et petites, rappelant la forme qui rappelle un petit oursin. Il y a aussi des lithias du phosphate de calcium et du phosphate ammoniaco-magnésien, en particulier chez les femmes.

Les calculs d’acide urique sont moins fréquents, car l’augmentation du niveau d’acide urique (hyperuricémie) provoque des crises de goutte plus souvent. L’hyperuricémie, qui affecte principalement les hommes, est associée à des excès alimentaires. Mais toutes les coliques néphrétiques ne sont pas dues à la lithiase. Il peut y avoir des caillots sanguins ou une nécrose papillaire, lorsque les cellules du tissu rénal tombent dans le tractus excréteur (cela se produit en particulier chez les personnes atteintes de la drépanocytose).

À titre d’ exception, une attaque de coliques néphrétiques se produit à la suite d’une chirurgie pelvienne, lorsque, par exemple, lors d’une reconstruction de la cavité péritonéale, malheureusement, un canal est pincé. Les causes directes ou indirectes sont donc différentes. Certains d’entre eux s’associent, ce qui augmente le risque de cristallisation.

Il y a encore un grand nombre de cas où aucune cause n’est établie, le calcul est là et peut même se répéter sans comprendre pourquoi.

Surtout ne buvez pas pendant la crise !

Tant que la douleur persiste, il ne faut pas boire : cela augmenterait la pression dans les voies urinaires supérieures et aggraverait la douleur. Il peut être aucun traitement ne sera effectué jusqu’à ce que la douleur soit légèrement soulagée.

Il est nécessaire de prendre un agent anti-inflammatoire (mais pas de l’aspirine qui pourrait provoquer des saignements), puis un antispasmodique, et enfin un analgésique.

Ensuite, faites une analyse d’urine avec une évaluation de la fonction rénale par sauge de créatinine plasmatique. Le médecin sera en mesure de prescrire un instantané de l’abdomen sans préparation à la recherche de lithiase, qui n’est pas toujours visible à la radio. L’échographie permet de voir une certaine lithiase, mais elle est principalement utilisée pour vérifier s’il n’y a pas d’expansion des voies urinaires supérieures.

Urographie intraveineuse, pour les personnes qui ne sont pas allergiques à l’iode, permet également de détecter des pierres invisibles à la radio, mais surtout de voir si l’un des reins est éliminé moins rapidement que l’autre.

Dès que la douleur disparaît, il est nécessaire de boire pour faciliter l’évacuation du béton. La grande majorité des calculs sont éliminés pendant une seule crise.

Dans la plupart des autres cas, la lithotripsie extracorporelle par ondes de choc (LEOC) a été répétée. L’effet « onde de choc » a été découvert lorsque les avions passaient le déflecteur : quelques peintures éclatent en passant. La lithotrite a perturbé le traitement des pierres, car elle permet la fragmentation et facilite leur élimination par des moyens naturels. Avant cela, il était nécessaire de subir une intervention chirurgicale.

S’ il est dans l’uretère, le tartre peut être enlevé par urétoscopie ou endoscopie de l’urètre. Les calculs des produits d’urée doivent être traités avec un régime alimentaire qui augmentera l’urine alcalinisé et le calcul fond. Les vins de Bourgogne, la charcuterie, les abats, les crustacés sont enlevés et l’eau vichy est bu.

Comment se débarrasser de correctement ?

Quelle que soit la cause de la colique néphrétique, il est nécessaire de boire de 2 à 3 litres par jour (y compris la nuit !). C’est la meilleure façon d’éviter les répétitions et d’éliminer les débris informatiques.

Mais la chose la plus importante est d’uriner beaucoup et d’atteindre une diurèse (volume d’urine) de 2 litres en 24 heures. Une grande quantité de liquides peut être excrétée par transpiration ou dans les selles pendant la diarrhée, tandis que les reins doivent encore enlever les sels minéraux.

Une alimentation équilibrée est recommandée. Donc, une personne qui boit trop de lait absorbe trop de calcium, mais si elle ne nécessite pas de produits laitiers, risque d’un manque d’oxalate de calcium, ce qui est indispensable en petites quantités.

Il est donc nécessaire de bannir les excédents (chocolat, thé, café). L’eau du robinet n’a pas de contre-indications, mais dans certains cas, il est nécessaire de choisir de l’eau minérale selon les instructions du médecin.

Fonctionnementrapide

La liththotriptie est une technique non invasive qui permet de fragmenter les pierres. Le patient se trouve dans un lithotripteur, parfois dans l’eau, parfois avec un oreiller sur le corps.

****2© UROLOGIE – CHU HASSAN II Une échographie ou une radiographie peut identifier la lithiase. L’angle de prise de vue de l’échographie est alors calculé à l’aide d’un ordinateur, tandis que le praticien décide du nombre (entre 1 500 et 3 000) et de la puissance des prises de vue. Ce processus prend moins de une heure. Il nécessite une anesthésie légère et peut parfois être effectué en ambulatoire.

dites-moi comment tu as fait mal

La douleur n’est pas toujours un signe de gravité. Cela dépend de la vitesse de formation du calcul}, mais tout d’abord de leur degré d’invalidité. Ce signe d’avertissement est absent si le calcul est effectué pendant des mois, ce qui conduit à la destruction du rein, qui est resté bloqué sans provoquer de symptômes d’alarme.

La douleur n’est pas toujours située à côté de l’endroit où la lithiase est bloquée. Cela rend parfois plus difficile le diagnostic et la localisation du calcul.

>> Lire aussi : Je ne peux plus uriner : que faire ?