dimanche 31 décembre 2017

@molaireettentacules - Instantanés #6 .

Je reviens aujourd'hui, avec le sixième article de la catégorie "Les Instantanés", mise en place mi-mars. Comme pour les cinq premiers articles (à relire juste ici), je reviens sur quelques-unes de mes récentes publications sur Instagram, souhaitant vous apporter plus de détails les concernant. 
Cela fait très longtemps que je n'ai pas pris le temps de le faire, puisque le dernier article date du 1er août ... D'ailleurs, j'en profite pour vous poser la question : vous plaisent-ils ? (les commentaires se font de plus en plus rares sur les blogs, difficile pour moi de juger du succès d'un article ou d'une catégorie d'articles quand vous avez tendance à commenter davantage sur Instagram). 
Il n'y a pas tout depuis début août, bien évidemment, mais je vous invite à vous rendre sur mon compte afin d'y retrouver toutes mes publications, et pourquoi pas de vous y abonner (si ce n'est pas déjà fait). N'ayant pas publié mes photos Instagram sur le blog depuis mi-juin, vous allez avoir de quoi lire aujourd'hui ! 
C'est parti ! 


Moi qui ai envie d'une Nintendo Switch depuis un bon moment maintenant, j'en profite malgré tout, un "week-end" sur deux, ou presque, depuis que l'amoureux s'est acheté la sienne. Je retrouve le plaisir de jouer aux jeux vidéos, malgré les inlassables défaites à Mario Kart 8 Deluxe (qui nous font d'ailleurs tous les deux beaucoup rire, tellement je peux me montrer mauvaise joueuse avec ce jeu là !). C'est d'ailleurs maintenant que je regrette de m'être séparée de mes consoles, qui m'auront fait passer de nombreuses heures sur Zelda & Mario ! Vous jouez à quoi vous ?
Au fait, j'en profite pour vous demander conseil : je cherche de nouvelles broderies à faire, si vous avez des idées ... J'avais réalisé celle-ci il y a bientôt deux ans, et je vous ai d'ailleurs déjà parlé des broderies que j'ai réalisées dans deux articles, à retrouver juste ICI.


Début octobre, j'ai eu 29 ans. Je me fais de plus en plus souvent la réflexion que désormais, dans moins d'un an, j'aurais 30 ans. Je me le dis, certes, mais je ne réalise pas du tout ! Surement parce que beaucoup de gens autour de moi me rappellent sans cesse à quel point je ne fais pas mon âge. Mais pourtant, la trentaine n'as jamais été aussi proche pour moi ...
Bref, j'ai eu 29 ans. Et Florence du blog La Mouette, m'as envoyé, pour l'occasion, un joli colis bien fourni pour m'offrir quelques unes de ses créations, puisque depuis un petit moment maintenant, elle est l'heureuse créatrice qui se "cache" derrière la marque rennaise Atelier Mouette
Pour ceux qui voudraient privilégier l'esprit "Made in France" voir le "Support Your Local Brand" pour les cadeaux de Noël (ou autres d'ailleurs), vous pourrez retrouver sur son e-shop des carnets, prints personnalisés ainsi qu'une jolie collection de pin's à son image. Elle sort souvent de nouvelles collections, et il y en a même une dédiée à Harry Potter !
(Tout ce qu'elle m'as envoyé est encore disponible sur sa boutique en ligne : shop.ateliermouette.fr).
Merci encore Florence


Pendant de très nombreuses années, je n'étais pas DU TOUT attirée par les fleurs, refusant même que l'on m'en offre ! J'y étais absolument insensible.
Et puis, en vieillissant, soudainement, tout a changé. Je me suis surprise à apprécier les bouquets chez les autres, et à espérer, en secret, qu'on m'en offre à mon tour. 
Et puis, cet été, mon amie Lucille m'as fait la très belle surprise de me faire livrer un bouquet de la fleuriste nantaise Anouk Autier. Elle savait à quel point j'admire son travail et m'as fait livrer une de ses créations, sans rien me dire. J'ai découvert ce plaisir tout particulier de se faire livrer des fleurs, renforcé par le mystère de ne pas savoir qui pouvait bien me faire parvenir une telle surprise (que j'avais d'ailleurs dévoilée sur mon compte Instagram).
Puis, plus récemment, en septembre, j'ai eu le plaisir de recevoir une box de fleurs de la part de Monsieur Marguerite, grâce à YOÔ Paris (plateforme de mise en relation entre marques et influenceurs - sur laquelle je peux d'ailleurs vous parrainer si vous avez un blog, compte Instagram ou autres), dont je vous avais parlé dans un article dédié sur le blog.
Ces deux bouquets m'ont donné très envie d'avoir plus souvent des fleurs à la maison, que ce soit par simple plaisir ou pour ponctuellement "habiller" certaines de mes photos. 
Et justement, il y a quelques jours, j'ai poussé la porte, un peu par hasard, de L'Atelier du Fleuriste (situé, pour les nantais(e)s, tout près de l'arrêt de bus Copernic, au 20 rue Franklin), et trouvé tout ce que je cherchais au même endroit !
J'ai notamment retrouvé de jolis Ornythogalum dans deux tailles différentes, dont un gros jumbo que j'ai hâte de voir fleurir et qui, je le sais, tient très longtemps ! J'ai aussi trouvé du Craspedia, ces petites boules jaunes que je pourrais faire sécher, de l'Eucalyptus et un branchage aux petites fleurs rouges sang. 


J'en rêvais depuis un petit moment, c'était presque devenu une obsession depuis plus d'un an, chose qu'à visiblement bien compris mon amoureux, qui m'as fait le plus cool des cadeaux pour mes 29 ans (oui, déjà ...), début octobre. Je ne m'y attendais pas du tout, puisqu'il s'agit là d'un cadeau assez conséquent (qui couvre du coup mon anniversaire et Noël) et qu'il est très fort pour brouiller les pistes. Je vous avais déjà parlé de cette lubie grandissante dans un article publié durant l'été 2016, dédié aux vélos hollandais. Cela fait donc deux mois et demi que j'ai enfin le vélo dont j'avais tant rêvé, et j'avoue que c'est un réel plaisir de me déplacer dans Nantes à vélo. Il me sert pour faire mes petites courses, pour sortir, ou pour me balader (même si j'avoue que je le sort un peu moins depuis quelques semaines, de peur de geler instantanément en pédalant quelques mètres). Pendant mon anniversaire j'étais en vacances, j'en ai donc profité pour en faire tous les jours, allant jusqu'à me perdre dans Nantes à force de ne pas vouloir rentrer ... 
J'ai misé sur deux anti-vols pour le protéger, puisqu'il faut bien avouer que sa forme et sa couleur attirent l'oeil et les convoitises ... 
Il existe d'ailleurs chez Décathlon dans deux autres coloris : bleu marine et rose framboise. Pour ma part, j'ai le modèle Elops 520 de B-Twin en mint. Et je l'adore ! ❤ Il est très confortable en positionnant le dos bien droit, dispose de poignées permettant de faire reposer la paume de la main, un panier et un porte-bagages ainsi qu'une dynamo. Par contre, je le trouve très lourd ! Mais c'est une petite merveille, et pour un vélo hollandais, il est très abordable ! 


Grâce à Cultura, pour qui je suis ambassadrice depuis le mois d'août, j'ai sélectionné cinq nouveaux livres à rajouter à ma "pile à lire" de cet hiver, profitant d'être sur Laval, où j'ai la chance de trouver un de leur magasin lorsque je rends visite à mon amoureux (malheureusement, toujours pas de Cultura à Nantes ...).
- Tortues à l'infini, de John GREEN.
- La passe-miroir / Les fiancées de l'hiver de Christelle DABOS 
- Point Cardinal, de Leonor DE RECONDO
- Harry Potter à l'école des sorciers, de J.K. ROWLING (que j'avais très envie de relire en ayant une belle édition à la maison).
- Nos 14 novembre, d'Aurélie SILVESTRE (que j'ai d'ailleurs lu le soir-même, dans le train). 
Je prévois d'ailleurs de vous proposer aussi régulièrement que possible des articles sur mes dernières lectures, puisqu'ai repris la lecture, depuis quelques mois, comme je l'expliquais dans un de mes récents articles où je donnais mon avis sur le livre "Une apparition" de Sophie FONTANEL, à (re)découvrir juste ICI.


Moi qui n'avais plus accès à MyCANAL depuis quelques années (mon amie Lucille m'avait donné un code pendant un bon moment), j'avoue retrouver avec plaisir un abonnement de quelques mois à l'offre StartByCanal grâce à la plateforme YOÔ Paris (plateforme de mise en relation entre marques et influenceurs - sur laquelle je peux d'ailleurs vous parrainer si vous en faites partis).
Toy Story (1 . 2 . 3), Alabama Monroe, Monstres Academy, Les Adoptés, Mary Poppins, Les Aristochats, Dikkenek, La Cité de la peur, Billy Elliot, Frankenweenie, et une tonne de Disney / Pixar et beaucoup d'autres films et séries à la demande ... je vais avoir de quoi trouver facilement des films à regarder pour mes prochains trajets en train, surtout avec la fonctionnalité qui permet de télécharger les films en mode hors connexion !
(D'ailleurs, dans mon dernier article, à retrouver juste ICI, je vous donne mon avis sur neuf films vus et aimés récemment).
D'ailleurs, vous pouvez tester l'offre qui permet de bénéficier d'un mois offert (sans engament) grâce à ce lien (attention cependant à résilier après le 1er mois si vous ne souhaitez pas continuer, sinon c'est automatique reporté pour un montant de 9,99€ par mois).
Moi qui adore Netflix pour regarder des séries, mais qui regrette souvent le choix un peu pauvre au niveau des films proposés, je trouve que l'offre StartByCanal est un bon complément !


Il y a un an, le 7 décembre 2016, j'allais jusqu'à Rennes pour chercher Pilou qui attendait depuis 2 ans et demi dans sa seconde famille d'accueil (via l'association rennaise Félin Possible) d'être ENFIN adopté par quelqu'un qui ne verrait pas ses 13 ans de l'époque comme un frein à l'adoption.
Déjà un an, et promis, loin de moi l'idée d'avoir des regrets, quand pourtant beaucoup de personnes (proches y compris) me disaient de ne pas adopter un vieux chat, que c'était une bêtise, que de toute façon "tu viendra pas te plaindre dans deux mois quand il sera déjà mort", et j'en passe ...
Il y a un, je n'ai écouté que mon coeur à moi et les encouragements bienveillants de certaines personnes, et j'en suis certaines aujourd'hui, j'ai pris la meilleure des décisions, pour lui, comme pour moi. Alors oui, c'est vrai, je ne profiterais pas de Pilou aussi longtemps que si j'avais adopté un chaton, et j'ai parfois le réflexe un peu stupide de vérifier s'il respire encore quand il dort depuis longtemps, mais je l'aime tellement fort ce chat, que même s'il devait partir demain, je ne regretterais pas de lui avoir offert une fin de vie en dehors des familles d'accueils.
Lui et moi, je crois aussi qu'on est fiers d'avoir fait changer d'avis les réfractaires du début, et ceux pour qui c'était inconcevable d'adopter un vieux chat, que ce soit des gens de mon entourage ou des personnes qui me suivent ici et sur le blog et qui ont suivi l'histoire, de loin.
(Même Rudy, un vieux chat roux que j'avais mis en avant en story sur Instagram pour lui trouver une famille a été adopté par @greetingsfromus_).
Alors vraiment, n'ayez pas peur de sortir de votre zone de confort, même un chat comme Pilou (qui a quand même 14 ans et demi) a le droit de trouver une famille pour lui donner enfin sa chance ! ...
Et pour ceux qui débarquent/hésitent, j'ai déjà publié quelques articles à son sujet, qui racontent son histoire et qui apportent des réponses à toutes les questions que vous pouvez vous poser lors de ce genre d'adoption, et que vous pouvez d'ailleurs retrouver juste ICI.


J'ai également ajouté quelques petites merveilles à la collection que j'affectionne le plus chez moi : les vinyles. Il y a un peu plus de deux ans, ma famille m'as offert pour Noël une platine (platine vinyle Pro-Ject Essential II) ainsi que deux enceintes et un pré-ampli. Je connaissais bien cette platine, dont j'avais profité dans mon dernier appartement avec mon ex, et je souhaitais retrouver une bonne platine, même si ma maman avait pensé m'offrir une Crosley (sachez que ces "platines" sont certes très jolies, mais de mauvaise qualité, surtout si vous tenez à vos vinyles et que vous comptez en écouter régulièrement). 
Même si j'essaye de me restreindre avec les vinyles (il y en énormément que j'aimerais avoir en ma possession et mon argent pourrait très vite y passer ...), je m'offre parfois quelques albums.
Ces derniers mois, profitant de l'évènement "Les Apéros Distros", j'ai fait l'achat de quatre vinyles chez Straight and Alert en choisissant de repartir avec Xibalba, Sex Prisoner, The Beautiful Ones et Harm Done. Jolie surprise en rentrant à la maison : trois beaux pressages sur les quatre vinyles achetés. J'aime énormément découvrir un vinyl coloré, un joli pressage, une édition limitée. C'est chaque fois un petit plaisir supplémentaire, qui s'ajoute au simple fait d'acquérir un nouvel album dans ce format que j'affectionne tant.
En parlant de beau pressage, mon amoureux m'as offert le dernier album de Converge, dans l'édition "friends & family", qu'il avait reçu en même temps que sa distro pour les pré-commandes. C'est de loin mon pressage favori parmi ceux que j'ai dans ma collection. Ces explosions de peinture de toutes les couleurs sur un vinyl transparent, ça rends vraiment hyper bien ! 
Et puis, enfin, l'équipe de Cultura m'as fait parvenir mon album favori du groupe Kings of Leon (ainsi que l'album "Perfect Darkness" de FINK).


Petite rétrospective sur Halloween (avec bien du retard !) : cette année, avec quelques copines, nous avions organisé un goûter vegan, où nous avions toutes préparé ou apporté quelque chose et nous avons toutes pris le temps de nous préparer et nous maquiller pour l'occasion. De mon côté, aucun effort vestimentaire, puisque toute l'année je suis majoritairement habillée en noir, mais j'ai pris la peine de faire quelques achats niveau maquillage, notamment grâce à une fausse plaie et du faux sang  qui m'auront permis de faire croire à une gorge tranchée. Mais, je l'avoue, ce qui as le plus choqué dans mon "déguisement", c'est de loin mes boucles d'oreilles / tampons usagés. Les garçons présents lors de la soirée ont été nombreux à m'en parler, voir à se montrer choqué/dégouté. 
(Comme quoi, on a encore bien des efforts à faire avec les menstruations, ça se vérifie une fois de plus ...). 
Et puis, entre nous, c'était l'occasion idéale d'utiliser autrement les dernier tampons qu'il me restait à la maison, puisqu'il y a quelques mois, j'ai eu la fabuleuse idée de passer à la cup. (D'ailleurs, je me demande encore comment j'ai fait pour attendre autant avant de sauter le pas !).
Et vous, c'était quoi votre déguisement / soirée d'Halloween cette année ?


Après quelques tentative ratées, on a enfin réussi, avec mon copain, a testé Berlin 1989, un restaurant qui permet aux nantais de retrouver l'esprit berlinois à Nantes, dans un très beau lieu, où il est possible de réserver de grandes tables pour s'y retrouver entre copains. 
La promesse de Berlin 1989 : "une cuisine à l'image de Nantes & Berlin : respectueuse, un peu junk et sexy. Des primeurs locaux, des petits pains ronds façonnés main par une boulangerie toute proche du restaurant, des frites fraîches, des sauces maison, des bières / soft et cafés issus de productions indépendantes, etc ...".
De notre côté, on a bien évidemment choisi de déguster le burger végétarien : Le Vegetarischer.
Fromage Appenzeller fondant, champignon Portobello, croquette de pommes de terre, tomates séchées, miel, confit d'oignon, ciboulette, sauce Fritzi (sauce tartare maison)
Je l'ai choisi dans un pain bretzel et c'était clairement l'un des meilleurs burgers que j'ai mangé à Nantes.
J'ai déjà très hâte d'y retourner pour découvrir les autres options végétariennes de la carte. 


J'ai sauvé un petit oiseau des griffes du chat d'une amie, qui a aussitôt été rebaptisé "Gaston le petit oisillon" pour quelques heures. Le chat l'avait attrapé et "jouait" avec. Alertés par les cris de l'oiseau (au début on a même cru à une souris en entendant l'animal crier de détresse), on a tenté plusieurs fois d'attraper le chat pour récupérer l'oiseau, et après de longues minutes de tentatives échouées, j'ai enfin réussi à le libérer des griffes du chat. On l'as mis à l'écart pour le calmer (j'avoue qu'il a passé pas mal de temps niché dans mon pull) et on lui as fait un petit nid de fortune pour se remettre d'aplomb et se réchauffer. J'ai même téléphoné à la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) pour savoir quoi faire. Quelques heures plus tard, il reprenait son envol (après quelques tentatives ratées).


Et puis, pour finir, j'ai repris dernièrement le Postcrossing, écrivant pas moins de 13 cartes postales que j'ai envoyé à de parfaits inconnus à travers le monde. 
Elles sont parties en Russie, en Grèce, en Allemagne, en République Tchèque, aux Etats-Unis ou encore à Taïwan.
J'ai déjà écrit de nombreux articles sur le Postcrossing (six au total - que vous pouvez d'ailleurs tous retrouver ICI) pour vous expliquer le concept, le matériel que j'utilise, les "astuces" à connaître, ou bien pour vous montrer certaines de mes réceptions.
J'aimerais beaucoup faire un nouvel article sur le sujet, cette fois-ci une "FAQ", pour répondre à toutes vos questions, m'appuyant sur mon expérience en tant que membre du site depuis plus de deux ans ! N'hésitez donc pas à me poser toutes vos questions à ce sujet, que j'y réponde ensuite, non pas sous cet article, mais dans un billet dédié à toutes les questions que vous pouvez vous poser au sujet du Postcrossing.

Cet article est donc le dernier de cette année 2017, déjà ... 
On se retrouve dans quelques semaines pour un nouvel article comme celui-ci ? :)
Bon week-end, et surtout de très belles fêtes de fin d'année ! 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

Retrouvez-moi sur Instagram : @molaireettentacules
(alors, qu'en avez-vous pensé ?).

mercredi 13 décembre 2017

J'ai vu / J'ai aimé (ou pas ...) #6 .

La dernière fois que je vous ai parlé de films sur le blog me semble remonter à une petite éternité. Et, effectivement, en cherchant dans mes archives, le dernier article de la catégorie "J'ai vu / J'ai aimé (ou pas ...)" remonte au mois de mars de cette année ! ...
Alors certes, depuis cette période, j'ai vu et aimé un très grand nombre de films, mais il est logiquement impossible de les répertorier dans un seul et même article, tant pis. C'est le jeu des publications très irrégulières de cette année. 
Je vous présente donc, non pas six films vus plus ou moins récemment, comme à mon habitude, mais neuf films, pour cette fois, que j'ai apprécié du premier au dernier ! 

(Si je peux vous donner un seul et unique conseil, c'est de regarder les films sans regarder les bandes annonces ! Elles dévoilent toujours bien trop de scènes importantes. Laissez-vous guider par le synopsis, l'appréciation n'en sera que meilleure !)


AU REVOIR LÀ HAUT
Synopsis : Novembre 1919. Deux rescapés des tranchées, l'un dessinateur de génie, l'autre modeste comptable, décident de monter une arnaque aux monuments aux morts. Dans la France des années folles, l'entreprise va se révéler aussi dangereuse que spectaculaire ...

Si je ne dis pas de bêtises, au détour d'une conversation, ma mère m'avait parlé de ce film, en me disant que mon petit frère l'avait énormément apprécié. Faisant confiance aux conseils de mon frère à ce sujet, surtout depuis qu'il a été projectionniste dans un cinéma artistique, je me suis décidée à aller voir le dernier film d'Albert Dupontel (pour moi une sorte de "valeur sûre") au cinéma il y a quelques semaines.
Bien que ce soit Dupontel aux commandes, ne vous attendez pas à un style rappelant "Bernie", "Enfermés dehors" ou "9 mois ferme" (que j'avais d'ailleurs vu en plein air à Nantes, en sa présence !), loin de là. Ici, il s'agit de poésie, d'un scénario qui bouleverse bien plus qu'il n'amuse.
J'avais hâte de voir ce qu'était encore capable de faire Dupontel, car j'apprécie toujours de le voir à l'écran, qu'il joue et/ou réalise.
J'ai adoré l'histoire qu'il raconte, les masques tous plus bluffants les uns que les autres, le jeu d'acteur étonnant de Nahuel Perez Biscayart, qui joue le rôle d'Edouard Péricourt, que je découvrais à l'écran.
Et puis Albert Dupontel, toujours aussi brillant, peu importe le personnage qu'il doit s'approprier !
(Le film est adapté du livre, portant le même nom, écrit par Pierre Lemaitre).

Mon avis : ❤❤❤❤❤

1:54
Synopsis : À 16 ans, Tim est un jeune homme timide, brillant, et doté d'un talent sportif naturel. Mais la pression qu'il subit le poussera jusque dans ses derniers retranchements, là où les limites humaines atteignent le point de non-retour.

Depuis quelques mois, je prends beaucoup le train, préférant troquer mes habituels covoiturages jusqu'à Laval un "week-end" sur deux contre une carte de réduction régionale pour le train (si seulement j'avais eu l'information plus tôt ... bien que je ne porte toujours pas la SNCF dans mon coeur, bien au contraire, j'avoue que c'est plus pratique pour moi !), ce qui me pousse à chercher des films que je peux regarder lors de mes trajets.
Parmi les nombreux films que j'ai regardé dernièrement dans le train, je me suis laissée séduire par ce film, pour la simple raison que Antoine-Olivier Pilon, que j'avais adoré et découvert dans le film "Mommy" de Xavier Dolan, et l'acteur principal du film 1:54. Cet acteur m'as une fois de plus bluffée tant il joue bien, et j'avoue avoir un faible pour l'accent québécois. 
1:54, c'est le temps que devra atteindre Tim pour courir et prétendre aux fameux "Nationaux 800", mais aussi pour faire taire ceux qui le harcèle à l'école et sur les réseaux sociaux, en pointant du doigt son homosexualité.
(Le film a d'ailleurs été projeté dans de nombreuses classes au Canada, afin de sensibiliser les jeunes).

Mon avis : ❤❤❤❤

A CURE FOR LIFE
Synopsis : Lockhart, jeune cadre ambitieux, est lancé sur la trace de son patron disparu dans un mystérieux centre de bien-être en Suisse. Pris au piège de l'institut et de son énigmatique corps médical, il découvre peu à peu la sinistre nature des soins proposés aux patients. Alors qu'on lui diagnostique le même mal qui habite l'ensemble des pensionnaires, Lockhart n'a plus d'autres choix que de se soumettre à l'étrange traitement délivré par le centre : la Cure.

Encore un film vu dans le train (ou du moins en partie). J'avais d'ailleurs publié quelques "story" sur mon compte Instagram lors du visionnage, en sélectionnant quelques passages, et vous aviez été nombreux à me demander le titre du film. En effet, la photographie de ce film est juste exceptionnelle ... ❤ J'ai vraiment été surprise par les plans (notamment celui du train au début du film) ou bien la succession d'images juste après la scène avec le cerf (toujours dans les débuts du film), qui m'as laissée sans voix, tout en me faisant légèrement penser au générique de la première saison d'American Horror Story. La colorimétrie du film m'a fait penser à un esprit un peu "vieille pellicule", avec ses teintes vertes et marrons.
J'avais choisi ce film d'après le synopsis, sans même prendre la peine de regarder la bande annonce, et j'avoue que la surprise n'a été que meilleure concernant l'aspect visuel du film.
Cependant, moi qui pensait lui attribuer cinq étoiles (ou coeur, en l'occurence) bien mérités lors du visionnage, j'ai choisi d'en retirer une, symbolique, tant j'ai trouvé la fin tirée par les cheveux, un peu "too much".

Mon avis : ❤❤❤❤


COCO
Synopsis : Depuis déjà plusieurs générations, la musique est bannie dans la famille de Miguel. Un vrai déchirement pour le jeune garçon dont le rêve ultime est de devenir un musicien aussi accompli que son idole, Ernesto de la Cruz.
Bien décidé à prouver son talent, Miguel, par un étrange concours de circonstances, se retrouve propulsé dans un endroit aussi étonnant que coloré : le Pays des Morts. Là, il se lie d'amitié avec Hector, un gentil garçon mais un peu filou sur les bords. Ensemble, ils vont accomplir un voyage extraordinaire qui leur révèlera la véritable histoire qui se cache derrière celle de la famille de Miguel ...

C'est là le dernier film que j'ai vu au cinéma à ce jour. Et quel coup de coeur ... 
J'ai réussi à convaincre mon amoureux d'aller le voir avec moi sans trop de difficultés, à mon grand étonnement, et il semble avoir apprécié presque autant que moi. C'est pour dire !
Les couleurs sont incroyables et l'histoire très touchante. Et bien évidemment, la musique est placée au coeur de ce film, ce qui n'est bien évidemment, pas pour me déplaire.
J'ai été captivée par l'histoire, comme toujours avec l'univers Disney / Pixar. 

Mon avis : ❤❤❤❤❤

COMPTE TES BLESSURES
Synopsis : Chanteur charismatique d'un groupe de hard rock, Vincent, 24 ans, a déjà tatoué la moitié de son corps. Avec sa gueule d'ange et son regard incandescent, le monde lui appartient. Mais l'arrivée d'une nouvelle femme dans la vie de son père réveille les tensions. Vincent n'entend plus retenir sa colère, ni son désir.

Encore un film que j'ai regardé dans le train pour me rendre à Laval, influencé par Murdoctave (dont je vous parlais d'ailleurs ICI il y a quelques années - même si son style a beaucoup évolué depuis, comme l'atteste son compte Instagram).
Le film parle de la relation houleuse entre un père et son fils, touchante et dure à la fois.
Ce n'est clairement pas le film de l'année à mes yeux, mais pour un premier film, il faut bien admettre que c'est encourageant. En effet, Compte tes blessures était le tout long métrage de Morgan Simon, jeune cinéaste sortie de la prestigieuse FEMIS en section scénario.
J'étais notamment très curieuse de voir jouer Cédric, ancien batteur de Cowards.

Mon avis : ❤❤❤

LION
Synopsis : Une incroyable histoire vraie : à 5 ans, Saroo se retrouve seul dans un train traversant l'Inde qui l'emmène malgré lui à des milliers de kilomètres de sa famille. Perdu, le petit garçon doit apprendre à survivre seul dans l'immense ville de Calcutta. Après des mois d'errance, il est recueilli dans un orphelinat et adopté par un couple d'Australiens.
25 ans plus tard, Saroo est devenu un véritable Australien, mais il pense toujours à sa famille en Inde. Armé de quelques rares souvenirs et d'une inébranlable détermination, il commence à parcourir des photos satellites sur Google Earth, dans l'espoir de reconnaître son village. 
Mais peut-on imaginer retrouver une simple famille dans un pays d'un milliard d'habitants ?

Je souhaitais profiter de cet article pour vous parler d'un film que j'ai vu il y a presque un an maintenant, mais dont je n'avais jamais parlé sur le blog, alors qu'il est sans doute celui qui m'as le plus émue cette année (et de loin).
J'avais été le voir début janvier, lors de sa sortie au cinéma, avec Lucie (du blog Le Carnet de Lucie), dans sa version originale, et toutes les deux, nous avons été très touchée par l'histoire de Saroo, ce petit garçon qui se retrouve soudain orphelin et dont nous avons suivi le parcours à l'écran, avec une tonne de larmes dans les yeux (je me souviens d'ailleurs à quel point j'ai eu du mal à pleurer en silence à la fin du film ...).
Le choix du petit garçon qui joue le rôle de Saroo, la photographie du film et ses paysages incroyables, le casting, la musique, placent ce film au rang de véritable chef d'oeuvre à mes yeux.
J'ai été complètement happée dans le film, qui, rappelons le, relate une histoire vraie, bouleversante et magnifique à la fois.
Lion a cette année été nommé pour l'Oscar du meilleur film, l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle, récompensant Dev Patel (qui joue Saroo adulte), l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle, récompensant Nicole Kidman (qui joue la mère adoptive de Saroo), l'Oscar du meilleur scénario adapté, de la meilleure photographie et enfin, de la meilleure musique.
Je l'ai largement recommandé dans mon entourage, et c'est aujourd'hui à vous que je conseille de le regarder.
(À voir en VO, absolument !).

Mon avis : ❤❤❤❤❤


CIGARETTES ET CHOCOLAT CHAUD
Synopsis : Denis Patar est un père aimant mais débordé qui se débat seul avec l'éducation de ses filles, Janis 13 ans et Mercredi 9 ans, deux boulots et une bonne dose de système D. Un soir, Denis oublie, une fois de trop, Mercredi à la sortie de l'école. Une enquêtrice sociale passe alors le quotidien de la famille Patar à la loupe et oblige Denis à un "stage de parentalité". Désormais les Patar vont devoir rentrer dans le rang ...

J'ai sélectionné ce film sans trop y croire, histoire de trouver un film à regarder dans le train (encore une fois), un peu à la dernière minute. Sur le papier, ça avait tout du bon film français qui se regarde sans trop se laisser prendre, qu'on affuble d'un classique "ça se regarde".
Mais en fait, non, pas du tout. Je me suis laissée surprendre à m'attacher aux personnages, à m'attendrir face à l'histoire de ce papa complètement largué depuis la mort de son épouse. Ça m'as un peu fait penser à Wish I Was Here, sur le moment (film que j'avais d'ailleurs adoré et dont je vous avais parlé juste ICI).
J'ai vraiment beaucoup aimé ce film, qui m'as touchée et fait rire et qui m'as fait passer un vrai bon moment. Et même si ce n'est pour autant pas le film de l'année, là non plus, je vous le recommande, pour ces dimanches pluvieux où on a envie de rester au chaud sous la couette, avec un bon thé bien chaud.

Mon avis : ❤❤❤❤❤

DEMOLITION
Synopsis : Banquier d'affaires ayant brillamment réussi, Davis a perdu le goût de vivre depuis que sa femme est décédée dans un tragique accident de voiture. Malgré son beau-père qui le pousse à se ressaisir, il sombre de plus en plus. Un jour, il envoie une lettre de réclamation à une société de distributeurs automatiques, puis lui adresse d'autres courriers où il livre des souvenirs personnels. Jusqu'au moment où sa correspondance attire l'attention de Karen, la responsable du service clients. Peu à peu, une relation se noue entre eux. Entre Karen et son fils de 15 ans, Davis se reconstruit, commençant d'abord par faire table rase de sa vie passée ...

Je pense ne plus avoir besoin de vous dire où j'ai regardé ce film (je ne le ferais pas non plus pour la dernière recommandation de cet article), vous commencez à connaître la chanson ...
J'ai vraiment été captivée du début à la fin. Pari gagné d'avance avec Jake Gyllenhaal comme personnage principal du film. D'autant plus que Demolition a été réalisé par celui qui a donné naissance à "Dallas Buyers Club", excellent film où on profite d'un duo de génie composé de Matthew McConaughey / Jared Leto, dont je vous avais déjà parlé sur le blog, juste ICI.
Le film aborde le thème de la mort et du deuil de manière très surprenante et à vrai dire assez déstabilisante. Mais c'est justement ce qui lui permet de sortir des habituels drames relatant l'histoire du mari qui perds sa femme.
J'ai adoré ce film, et comme d'habitude, le jeu d'acteur impressionnant de Jake Gyllenhaal, quand pourtant, la presse, elle, a quasiment détruit le film, en lui attribuant la très mauvaise note globale de 2,7 sur 5 (d'après Allociné) ... Incompréhensible ! Vous en avez pensé quoi vous, si vous l'avez vu ?

Mon avis : ❤❤❤❤❤

EX MACHINA
Synopsis : À 26 ans, Caleb est un des plus brillants codeurs que compte BlueBook, plus important moteur de recherche internet au monde. À ce titre, il remporte un séjour d'une semaine dans la résidence du grand patron à la montagne. Mais quand Caleb arrive dans la demeure isolée, il découvre qu'il va devoir participer à une expérience troublante : interagir avec le représentant d'une nouvelle intelligence artificielle apparaissant sous les traits d'une très jolie femme robot prénommée Ava.

J'ai mis du temps à me décider à regarder ce film, qui m'avait pourtant été recommandé de nombreuses fois. Et dire que j'ai failli passer à coté ...
Je me suis laissée complètement kidnappée par le réalisateur, suivant l'histoire avec une attention toute particulière, presque bouche bée.
Bon, déjà, l'un des acteurs principaux n'est autre que Bill Weasley. C'est déjà un bel atout selon moi.
Oscar Isaac, qui joue le rôle de Nathan, tient son rôle à merveille et enfin, Alicia Vikander, que j'avais découverte dans l'incroyable film "The Danish Girl" (dont je vous parlais dans le dernier article de cette catégorie, juste ICI) est époustouflante et magnifique dans le rôle d'Ava, l'intelligence artificielle développée par Nathan.
Une fois de plus, je n'avais pas vu la bande annonce, et je reste intimement persuadée que certains films sont de véritables coups de coeur car justement, je ne savais pas à quoi m'attendre. Ne pas regarder une bande annonce avant un film, c'est s'assurer de ne pas être spoilé. Il est tellement facile d'en savoir trop sur l'histoire avant même qu'elle débute ... Ex Machina en est le parfait exemple.
Regardez-le sans regarder le trailer, vous m'en direz des nouvelles ! ...

Mon avis : ❤❤❤❤

Et vous alors, vos avis ? Des films à conseiller ?
(Je serais ravie de pouvoir bénéficier de vos précieux conseils en la matière, histoire de partager à mon tour, le plus régulièrement possible, cette catégorie d'articles que j'aime beaucoup préparer !)

lundi 13 novembre 2017

J'ai lu : Une apparition de Sophie Fontanel.

Fin juillet, j'ai eu la surprise de découvrir, dans ma boite aux lettres, une enveloppe dans laquelle se trouvait un livre dont je n'avais jamais entendu parler auparavant. Étant habituellement toujours au courant des envois de la part des marques / agences avec lesquelles je collabore, j'étais très surprise de recevoir un livre qui m'étais totalement inconnu. À l'intérieur de ce dernier, une dédicace personnalisée de Sophie Fontanel, auteur du livre. Le logo des éditions Robert Laffont et la mention "édition hors commerce / réservée aux libraires et aux journalistes" me laisse comprendre qu'il s'agit là d'un envoi surprise de la part de la maison d'édition via plateforme REECH (blogueuses & co, je peux d'ailleurs vous parrainer sur la plateforme, en cliquant juste ICI).

Très curieuse, je me décide à commencer à le lire à 2h du matin, et le lendemain, dans le tram pour me rendre au travail, je continue ma lecture en ayant déjà lu 40 pages sans m'en rendre compte.
Le coup de coeur est immédiat. 
C'est dont tout naturellement, qu'aujourd'hui, bien des mois après ma lecture, je viens vous parler du livre "Une apparition" de Sophie Fontanel, en espérant qu'il vous plaira autant qu'à moi.


Résumé : "Et enfin, à cinquante-trois ans, j'ai entrepris d'apparaître".
"Et si tout ce qu'on racontait sur les cheveux blancs était faux ? Et si ces monceaux de teinture, sur des millions de chevelures, aux quatre coins de la planète, cachaient en fait une beauté supplémentaire que les femmes pourraient prendre avec le temps, beauté immense qui les sauverait de bien des angoisses, de bien des servitudes ? 
C'est en partant de cette intuition que Sophie Fontanel, un soir d'été, décide d'arrêter les colorations et de regarder pousser ses cheveux blancs. Comme elle est écrivain, elle en fait un livre, sorte de journal romancé de ce qu'elle n'hésite pas à appeler une "naissance". 
Les semaines, les mois passent : un panache lui vient sur la tête, à mille lieues des idées préconçues sur les ravages du temps. Elle réalise que l'âge embellit aussi les femmes et que les hommes n'ont pas pour les cheveux blancs l'aversion qu'on supposait. Elle découvre que notre société n'attendait qu'un signal, au fond, pour s'ouvrir à une splendeur inédite, d'une puissance extraordinaire.
Ce roman est une fête. Celle de la liberté.
Romancière, journaliste, créatrice du personnage Fonelle, Sophie Fontanel a écrit durant quinze ans pour le magazine Elle, avant d'en diriger la mode pendant un an. Elle tient aujourd'hui une chronique dans L'Obs, "La mode pour tous"."

Ma première réaction a été de penser qu'il s'agissait ni plus ni moins que d'un livre sur les cheveux blancs. Étrange thème choisi là par l'auteur ... 
Mais ce livre va bien au delà d'une simple histoire capillaire. C'est une ode à la femme. Un hommage à la féminité, à l'acceptation de soi.
Comme Sophie Fontanel le dit si bien dans les premières lignes de son livre "on ne plaît jamais à tout le monde. L'unanimité c'est d'abord en soi qu'il faut la faire".
Et c'est là tout le thème du livre, à mon sens. 
Le récit de Sophie Fontanel, anciennement journaliste pour la presse écrite dans le domaine de la mode (rédactrice en chef adjointe de Cosmopolitan / grand reporter & directrice de la mode pour Elle) mais aussi animatrice chez Canal + (dans Nulle part ailleurs), pour ne citer que cela de son parcours, qui soudain se révèle, laisse apparaître cette lumière blanche sur sa tête.

Comme elle le dit si bien dans une interview donnée à L'Obs : "Je m'adresse aux femmes qui n'aiment pas tant que ça se teindre, mais qui se disent "je vais être abominable, personne ne va vouloir de moi si jamais je ne me teins pas ...". Elles savent bien que dans le fond, pourquoi elle le font ? Pour plaire aux mecs. Mais les mecs ne s'emmerdent pas avec tout ça ! Les mecs ils sont chauves, ils ont de la poitrine en vieillissant, ils ont du vide, ils ont les couilles dans les genoux, et on les regarde quand même ! (...) En faisant ça moi, peut-être que pleins de gars vont se dire "Voilà, pour elle c'est fini !". Mais quand même, certains, je les libère, de leurs a priori, de ce qu'ils croient aimer ... Ils sont prisonniers les pauvres gars !". (interview disponible ICI).

Son livre est comme un message à toutes ces femmes qui n'osent pas, qui ont peur de vieillir, qui se refusent à accepter ces fameux cheveux blancs, qui dans la société actuelle sont perçus comme une fatalité qui se fait remarquer avec insolence aux yeux des autres. Son livre est une tape amicale sur votre épaule, pour vous dire "ose, vit, apparaît".
Elle nous raconte cette évolution capillaire, les changements que cela a entrainé chez elle, mais aussi et surtout chez les autres, ceux qui s'offusquent comme ceux qui admirent.

J'ai adoré ce livre, du début à la fin. Je n'aurais pas assez de mots pour décrire ce qu'il m'as fait ressentir. Ce n'est pas qu'une histoire de cheveux blancs, non, c'est bien plus encore que cela.
Je ne peux que vous recommander de le lire, et de le savourer, à votre tour. J'ai très envie de le prêter à certaines femmes qui m'entourent personnellement ...

Je vous laisse découvrir quelques images de l'auteur, ci-dessous ! 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

Sophie Fontanel - une beauté jaillissante / par Mai Hua

--------------------------------------------------------------

 ACHETER LE LIVRE 

--------------------------------------------------------------

Et vous, avez-vous lu ce livre ? L'avez-vous aimé ? 
Avez-vous des livres à me recommander et/ou qui vous font envie en ce moment ?

Lire la suite Lire la suite