samedi 28 mars 2015

Δ Black Lilys - Interview .

Depuis quelques semaines, se préparait, dans l'ombre, un petit article pour vous faire découvrir mon coup de coeur de l'année : les excellents "Black Lilys". Excellents oui, c'est le mot. Et je pourrais en utiliser pleins d'autres pour les définir, tellement le coup de coeur est fort et prononcé. 

J'ai découvert le duo, complètement par hasard, un de ces soirs où je mange devant mon fil d'actualité YouTube. Madmoizelle proposait une toute nouvelle vidéo, d'un morceau en acoustique, de deux personnes, un garçon / une fille (qui était toute jolie, ce qui m'as doublement intriguée, je l'avoue). J'ai lancé la vidéo machinalement, et dès que la fille à ouvert la bouche, j'ai été subjuguée (oui, vraiment !). 
Ce garçon et cette fille, ce sont deux personnes unies d'une jolie façon, puisqu'ils sont frères et soeurs. Camy & Roby (ou Camille et Robin) sont tout deux Lyonnais (et ont même vécus pas mal d'années tout près de Nantes, à la Chapelle sur Erdre - heureux hasard !). Ils commencent doucement à parcourir la France, en faisant quelques dates ici et là (détails à la fin de l'article) et ont déjà sortis un EP de cinq titres intitulé "Memories of a Blind Mind".

Découvrant le groupe, ce soir là, j'ai tout de suite pris l'initiative de leur écrire à tout les deux un petit mail sur leur page Facebook, leur souhaitant beaucoup de belles choses pour la suite, en leur demandant s'ils prévoyaient de passer dans le coin et en glissant au passage que vu les petits frissons que m'avait procuré la découverte, je risquais fort de parler d'eux sur mon blog  (au final, je les ai malheureusement loupé, mais je compte bien me rattraper plus tard !). J'ai reçu, dans les cinq minutes qui ont suivies, une réponse très naturelle et accessible de Camy, qui semblait ravie de me lire et avec qui a pris un peu de temps pour discuter avec moi, tout en restant, une fois de plus, incroyablement accessible et adorable. 
J'ai très vite eu l'idée, vu la tournure de notre conversation, de leur proposer de répondre à une petite interview que j'ai préparé sur le tas, selon mon humeur ce soir là. 
Avec simplicité et apparemment beaucoup d'enthousiasme, ils ont répondus tout les deux à mes quelques questions, et c'est aujourd'hui que je peux partager tout cela avec vous.


Je suis vraiment tombée amoureuse de sa voix (on pourrait croire qu'elle a la voix complètement cassée quand elle ne chante pas, et pourtant non, la preuve dans cette interview). Son timbre est très particulier et beaucoup la compare à Selah Sue. Le fait qu'ils soient frères et soeurs rajoute une dimension assez particulière au groupe, et renforce l'attachement qu'on peut avoir pour le duo (personnellement, c'est mon cas, comme lorsque j'écoute Angus & Julia Stone, si on veut faire une jolie comparaison). J'ai, par ailleurs, découvert le groupe avec "Blood Ties", un morceau peu anodin pour une première écoute, puisque la chanson parle de leurs liens à eux, le lien du sang 
Même s'ils sont deux à faire vivre Black Lilys, mon coup de coeur va de toute évidence à Camy, qui me laisse, (et j'ai bien conscience que je me répète une fois de plus), complètement admirative et bien souvent transportée par sa voix. Elle a un charisme de fou, avec son visage enfantin, ses cheveux un peu fous et la façon dont elle bouge ses bras et ses mains quand elle chante. Une petite merveille. J'espère vraiment que ça vous plaira ... 

(C'est par le biais de cette vidéo que j'ai découvert le groupe. C'est également la chanson préférée de Black Lilys pour Roby / et vous pouvez aussi regarder et écouter cette (très jolie) version, au marché de la Croix Rousse à Lyon). 
(C'est la chanson préférée de Black Lilys pour Camy, et on ressent vraiment l'influence de Cocorosie, pour le coup ).

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

- Interview -

- Si j’ai bien compris, vous êtes frères et soeurs. La musique, c’est un truc depuis que vous êtes tout petits ? Ça a commencé comment ? 
Roby : Oui tu as vu juste ! On est bel et bien frangins. Alors pour ce qui est de la musique, Camille et moi avons débuté lors de notre enfance vers 12 ans. Moi à la guitare classique et Camille au piano puis à la guitare. Elle est la première à avoir mis un pied sur scène. Avec son projet "Camy Lily", guitare/voix. Au bout de quelques scènes à l'entendre chanter, je me suis décidé à la rejoindre. Au départ nous jouions beaucoup de reprise puis petit à petit des compositions. C'est à ce moment là que nous avons décidé de changer de nom (Black Lilys) et d'intégrer des éléments rythmiques comme le tom, la cymbale, le cajon et des nouveaux instruments comme le piano, la basse, ... Et voila où nous en sommes maintenant. Toujours deux mais avec une palette de sons bien plus variée. 

- Quelles sont vos influences, les groupes qui ont marqués votre vie jusqu’à maintenant et dont vous vous inspirez pour composer et imaginer vos morceaux ? 
Roby : Sans te mentir je me suis beaucoup inspiré de ce qu'écoutait ma grande soeur pendant ma jeunesse avant d'avoir mes propres gouts musicaux. Maintenant je dirai que mes influences passent du rock des Kills, Jack White, Black Keys à de la musique plus instrumentale comme My Sleeping Karma à du reggae comme Groundation ou Toots and the Maytals, jusqu'a ce que l'on peut considérer comme du folk Cocorosie, Feist, Bon Iver, The Dø, Alt-J, John Butler Trio, Piers Faccini, José Gonzalez, Angus & Julia Stone, Agnes Obel ... 
Camille : J'écoute tout ce que qui me touche, ce qui me retourne le bide, selon mes humeurs et les périodes de ma vie. C'est un peu mon radar. Parfois c'est seulement le titre d'un album précis et puis il y a ces artistes qu'on aime tout entier, je pense à FeistThe Dø ou encore Cocorosie pour ma part. J'ai toujours été touchée par les voix de caractère comme celle de Lauryn Hill
C'est un live de Pascale Picard qui m'a donné l'envie de monter sur scène. Un tel désir d'offrir, de partager ses textes et sa musique, ça m'a littéralement scotchée … Le lendemain je commençais à poser mes premiers mots. 

- Y’a des groupes avec qui vous rêveriez de jouer ? 
Roby : Il y "avait" The Dø et puis le rêve va bientôt se réaliser car nous avons récemment gagné un tremplin qui nous permettra de partager le plateau avec eux le 15 juillet au Festival du Poupet. Et ça je crois que l'on n'arrive pas encore à nous faire à l'idée tellement c'est fou ... 
Sinon j'aimerais bien rencontrer les Cocorosie, et tout les artistes que j'ai pu citer en haut.  
Camille : C'est fou parce qu'on a déjà réalisé pas mal de "rêves" comme tu dis. Par exemple la première partie d'Emilie Simon , de Chris Garneau, ou partager le même festival que Yodelice, Texas … J'espère que ça continuera ainsi. 

- Des villes, des lieux bien précis, des pays ? 
Camille : Hummm des villes ... On commence à prendre la route et découvrir de nouvelles villes, c'est le bonheur. On découvre des ambiances et des publics différents. On a la chance d'être toujours chaleureusement accueilli pour l'instant, alors que la salle soit immense ou que ce soit un appartement, c'est la rencontre qui nous plait avant tout. 
Roby : J'ai souvent eu des retours comme quoi les allemands sont très accueillants. Sinon j'ai vraiment très envie de jouer en Belgique, en Angleterre, en Suède ... 

- Votre morceau de "Black Lilys" préféré ?
Camille : Je vais dire "Behind The Street". Il est nouveau, tout frais. C'est la rencontre avec une personne que j'ai rencontré pendant mes études d'infirmière. Un personnage, déchirée par la rue et usée par la vie mais fière d'être libre. 
Roby : C'est "Blood Ties" car il raconte notre histoire, notre enfance, ce plaisir et cette chance de partager la musique au quotidien. Beaucoup d'émotion dans ce titre pour ma part. 

- Camy, si tu pouvais décrire ton frère, que dirais-tu ? (Pourquoi faire de la musique avec lui, qu’est-ce qui fait de lui un si bon « partenaire » pour votre groupe, ...
Aïe aïe aïe, je crois que je pourrai écrire un roman sur cette petite tête blonde. On écrit des chansons c'est déjà bien. Je dirai que c'est une des seules personnes qui sait me rassurer aussi rapidement. J'admire son calme et sa sensibilité de musicien. Ce qui fait qu'il est si bon partenaire, c'est que personne ne me connait mieux que lui. C'est juste naturel quand on joue ensemble. 

- Roby, à ton tour de répondre : 
C'est un très belle personne, généreuse, à l'écoute des autres et surtout surtout pleine de joie et de raison. Il m'arrive sur scène d'avoir des flashs d'elle plus petite. C'est vraiment le bonheur de partager ces moments ensemble. 

- Si vous deviez, chacun, me faire découvrir cinq morceaux, lesquels choisiriez-vous ? (Cliquez sur les petits triangles gris après chaque morceaux, pour en faire la découverte).
Camille : The Dø : "Trustful hands"  / Feist : "Cicades and Gulls"  / Mummy's gone : "Terrible Plan"  / Ibeyi : "Mama Says"  / Sia : "Soon We'll Be Found"  
Roby : The Staves : "Black and white"  / Cocorosie :  "Fairy Paradise" (Live on KEXP / Black Rebel Motorcycle Club : "Beats the Devil Tatoo"  / Bon Iver at Air Studio (4AD/Jagjaguwar Session / The Dø : "Slippery Slope " (Live Session at Studio Pigalle 

- Un mot de la fin ? 
Va vis et deviens. Et puis merci à toi aussi, ça fait plus qu'un mot tout ça ...

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

Vous pouvez, avec un peu de chance, retrouver Black Lilys en live près de chez vous, puisque quelques dates françaises viennent tout juste d'être annoncées sur leur site :

08 avril : Open Mic Les Inrocks Lab / Villeurbanne (près de Lyon).
20 mai : Festival des Intimités / Toulouse
13 juin : Festival du Tonton / Saint-Just-Chaleyssin (à une quarantaine de minutes de Lyon).
15 juillet : Festival de Poupet (avec The Dø & Georges Ezra (coucou Lilla ) / Saint-Malô-du-Bois (à une cinquantaine de kilomètres de La Roche Sur Yon, en Vendée - alors ça, c'est 37€ et si j'arrive à poser mes vacances ou un jour de congés, franchement, ça m'intéresse fortement !!).
30 juillet : Les Bonus de l'été / Aix-les-Bains
24 septembre : Festival 100 Détour / Saint-Jean-De-Bournay (Isère).
03 octobre : Festival Amply / Venissieux (à une quinzaine de kilomètres de Lyon).
17 novembre : Festival Nouvelles Voix en Beaujolais / Jassans (à une trentaine de kilomètres de Lyon).

Vous pouvez aussi soutenir Black Lilys sur leur KissKissBankBank (avec la si jolie voix toute douce de Camy pour présenter le projet ...), les retrouver sur Facebook et sur leur site



(Je renouvelle une seconde fois l'expérience de l'interview sur le blog, si le concept vous plaît, j'essayerais d'en faire plus souvent !).
Merci à Camy et Roby, pour leur gentillesse et pour avoir pris le temps de répondre à tout ça, afin de vous proposer un article aussi complet que possible. Espérons que la route soit longue pour Black Lilys, puisqu'elle promet déjà d'être belle ... 

Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 18 mars 2015

Δ Saad Arto .




Cet article aurait dû sortir il y a quelques jours déjà, mais une succession de bonnes et de mauvaises nouvelles m'ont fait prendre du retard, et c'est aujourd'hui, pour me changer les idées et me concentrer sur quelque chose qui m'occupera l'esprit, que je viens, enfin, vous présenter le talentueux Saad Arto, chouette artiste et illustrateur nantais, avec qui nous avons décidé de redonner un coup de neuf au blog avec une toute nouvelle bannière.
J'avais envie d'un peu de nouveauté (même si j'aimais beaucoup l'ancienne bannière faite par Kiwii), et d'avoir surtout une bannière avec un portrait "by Arto", qui le fait si bien que j'en ai jalousé plus d'un ... Il a bien compris ce que je voulais (j'assume pleinement le côté enfantin de la toute nouvelle bannière et trouve qu'elle me représente plutôt bien !).
Cela me permet aussi de promouvoir en premier plan sur le blog un artiste "local", puisque Saad est nantais ! Tant qu'à faire, allons-y franchement !
J'avais découvert, par je ne sais plus quel moyen, son travail sur Instagram je crois bien, et je le suis depuis un petit moment déjà. Grâce à mon ami Vicky, nous avons pris contact pour la publication d'un gros article, sans savoir que de chaque côté (du mien comme du côté de Saad), une bannière était envisagée ... Je me trouvais culottée de lui proposer, et lui n'osait apparemment me proposer, et finalement, se l'avouant mutuellement, nous n'avons pas réfléchi trop longtemps, et le dialogue pour tout mettre en place était lancé dans la foulée !
La bannière était d'ailleurs prête depuis quelques semaines, mais j'ai préféré attendre la publication de cet article pour tout publier d'un coup.
Et lui proposer de répondre à quelques questions afin de comprendre qui il est, d'où il vient, et ce qu'il fait (si bien) :


- INTERVIEW & WORK -

- Présente-toi : Yup ! Je m’appelle Saad ARTO, j’ai 22 ans et je suis illustrateur indépendant depuis 5 ans.


- Depuis quand sait-tu dessiner, pourquoi cette passion, et raconte ton parcours pour en arriver là : Je sais dessiner depuis que je suis tout petit. J’ai toujours été passionné par le dessin ! J’adorais regarder les makings of des grands studios (Disney, Dreamworks, ...) où l’on voyait les types qui bossaient sur leur table lumineuse, se balader en skate dans les couloirs ... Bref le travail rêvé !


- Quel est le projet et/ou le dessin dont tu es le plus fier ? Au Noël dernier, j’ai offert à ma grand mère une réplique de sa photo de mariage. En le découvrant elle s’est mise à pleurer et s’est effondrée sur moi. (Ça fait 10ans que mon grand père est mort). Pour elle, c’est le plus beau cadeau que je lui ai fait et elle a posé fièrement le cadre sur son buffet. 

- Qui sont tes sources d'inspirations et avec qui rêve-tu de collaborer ? Depuis le début j’ai toujours rêvé de travailler pour les studios Disney donc j’en ai fait ma première source d’inspiration. Après pour une collaboration je n’y est jamais vraiment pensé.



- Quel matériel utilise-tu pour travailler ? Un Macbook Pro 13 pouces et une tablette graphique de la mort qui tue !!! Une Cintiq 13HD, la tablette graphique ou l’on dessine directement sur l’écran !


- Où peut-on te retrouver, si, comme moi, on a envie de te suivre sur internet et ne louper aucunes nouveautés ? Mon site internet pour les projets pro, ma page Facebook où je poste mes dernières nouveautés. Dribbble et Behance pour le graphisme. Et pour finir Instagram pour découvrir mon quotidien.

Un mot de la fin ? J’ai pour projet d’exposer prochainement… Restez branchés ! (#deliresdebrides)



Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 25 février 2015

Δ Tribulations nippones, joli projet à soutenir .

Troisième article de la semaine. Et pas des moindres. (Quand j'avais dit que je faisais un retour fracassant, je plaisantais pas, faut croire ! ...). En début de soirée, j'étais en train de finir d'écrire l'article précédent, quand j'ai vu apparaître sur mon fil d'actualité Facebook un lien publié par Camille a.k.a Kiwii, celle qui a réalisé ma bannière actuelle, il y a un petit moment déjà. 
J'ai ouvert le lien, commencé à lire le projet et au bout de quelques secondes, je me suis arrêtée, j'ai survolé le contenu en vitesse, regardé avec attention les visuels, et j'ai eu comme un coup de foudre pour ce projet de livre que proposent Camille et Simon, son mari. 
L'ensemble m'as énormément séduite ! Tout d'abord car tout est très bien expliqué, et aussi car je connais et apprécie grandement le travail de photographe de Simon Lagoarde. Le couple nous promet donc un magnifique livre, vu ce que je sais d'eux. 
J'ai immédiatement eu envie d'en parler sur le blog, pour les soutenir et vous faire découvrir ce qui m'as tant séduite ce soir. J'ai donc envoyé très rapidement un petit message à Camille, pour lui faire part de mon envie de partager avec vous leur "second bébé" et j'ai eu la surprise d'apprendre que Camille songeait justement à m'envoyer elle aussi un mail pour savoir si j'avais envie de parler du projet sur le blog. Intuition féminine ? Sûrement :)
Je suis donc d'autant plus ravie de vous présenter aujourd'hui un projet fantastique, imaginé par un chouette couple. 

De plus, le blog ne portera prochainement plus la bannière de Kiwii (elle sera bientôt remplacée par une nouvelle bannière, d'un autre artiste, nantais cette fois-ci, pour lequel j'ai eu un coup de coeur non dissimulé). C'est donc l'occasion parfaite pour "tourner la page", la bannière de Camille ne sera bientôt plus sur le blog mais je continue à parler d'elle, en espérant tourner un jour, les pages de son livre ... 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

Tribulations nippones - Petit guide officieux du Japon par deux voyageurs facétieux
(Voir le projet, clique iciSoutenir le projet, clique ici ).


Croisement entre un guide officieux du Japon et un carnet de voyage, Camille et Simon vous racontent dans ce livre leur road-trip de 3 semaines dans l'archipel nippone, au travers d'innombrables photos et de textes (pas toujours très sérieux) narrant leurs péripéties de voyageurs intrépides ! 

Mai 2012, fraîchement rentrés de trois semaines de folie au Japon, ils se retrouvent avec des milliers de souvenirs, encore plus de photos et une dizaine de pages de blog retraçant à chaud leur expérience. Très vite leur est venue l’idée d’en faire un livre, façon carnet de voyage, afin de partager avec tous ce voyage qui les a tant marqués. 
Cependant, que ce soit à cause du travail ou des études de Camille, le temps leur manque. Alors pendant deux ans ils mettent en stand-by l’idée d’aller plus loin, mais avec toujours en tête la volonté de faire un livre. 
Les voilà donc rendus à l’été 2014. Camille, en pleine grossesse et fraîchement diplômée d'un BTS de design graphique, décide de reprendre le projet là où ils l'avaient laissé. Relecture du blog, écriture de nouveaux textes, sélection des photos, mise en page... Après bien des semaines de travail, voilà le résultat : un beau livre retraçant leur périple d'explorateurs en herbe au Pays du Soleil levant ! 

Un livre sur le Japon, OK, mais en quoi celui-ci est-il différent des autres ? 

Tout simplement car il ne s'agit ni d'un guide officiel, ni d'une encyclopédie ! Tribulations nippones livre une vision tout à fait subjective du Japon. Leur vision. Et pour cela, il ne se veut en aucun cas exhaustif ou représentatif de la culture japonaise. Ce que vous découvrirez au travers de ce livre c'est un pays fascinant à travers les yeux de deux passionnés complètement pétés du bulbe. 

Et qu'est-ce qu'on trouvera dans ce livre ? 


Des photos. DES TAS DE PHOTOS !! Blague à part, Tribulations nippones vous donne à voir le Japon au travers des clichés de Simon, un jeune photographe de talent. Comme dit plus haut, avant d'être un livre, Tribulations nippones était un blog. Vous (re)trouverez donc quasiment tous les textes du blog, entièrement remaniés, ainsi que des nouveaux donnant plus de détails et d'informations sur le Japon. 


Parmi ces nouveaux textes, vous trouverez par exemple les points "yumi-yumi". Cette petite rubrique vous présentera quelques unes des merveilles et bizarreries culinaires qu'ils ont pu croiser sur leur route (okonomiyaki, beignets tamagotchi, la cuisine « shojin-ryori »...).


Le livre est divisé en dix grands chapitres qui marquent les grandes étapes de leur road-trip nippon. Parmi elles, vous trouverez quelques unes de ses mégalopoles, comme Tokyo, Kyoto ou encore Osaka ! Mais ils vous emmènerons aussi dans des lieux plus reculés et plus pittoresques, comme Takayama, Miyajima ou encore le Mont Koya. 

À quoi va servir le financement ? À quoi vont servir vos dons ? 

Ce projet, mené à son terme, est sur le point de naître. Mais pour cela, il faut des fonds. Ce livre d'un peu plus de 158 pages sera imprimé sur du papier de première qualité, chez un imprimeur local afin que Simon et Camille gardent un œil attentif sur la fabrication. Dans un format à l'italienne de 20x17 cm, il sera pourvu d'une couverture semi-rigide, ainsi que d'une sur-couverture imprimée sur du papier d'art. Leur but en choisissant un format peu conventionnel est de garder l'esprit d'un carnet de voyage, et donc qu'il reste facilement maniable et transportable. Qui sait, peut-être vous suivra-t-il dans un de vos périples ? 

Vos dons serviront donc à :
imprimer le livre chez un imprimeur local (env. 3 300€)
 imprimer des goodies (cartes postales et poster - env. 500€)
• réaliser des tirages haute-qualité et limités de photographies issues du livre (env. 2 000€)
 acheter le matériel nécessaire à l'envoi du livre et des tirages (enveloppes cartonnées et rouleaux - env. 700€)
 couvrir les frais d'envoi (lettre + colis)
 et enfin, couvrir la commission d'Ulule de 8% (env. 640€)

Et à terme, que deviendra Tribulations nippones 

Pour le moment, il s'agit d'une micro-édition. L'objectif de Camille et Simon est d'imprimer dans un premier temps 200 exemplaires de ce livre. À peu près 175 livres de ce premier tirage seront pour vous, chers donateurs, pour vous remercier de contribuer à ce projet qui leur tient particulièrement à coeur. Ils réserverons la vingtaine d'exemplaires restants à des maisons d'éditons susceptibles d'être intéressées par notre livre.

Si la chance leur sourit, Tribulations nippones devriendra peut-être alors un projet de plus grande envergure et sera édité à plus grande échelle. Sinon, leur livre restera une micro-édition et sera vendu par leur soins.

À terme, si les bénéfices des ventes le permettent, ils réitérerons leur aventure dans un autre pays et vous livrerons un nouvel épisode de leurs tribulations.

Les contreparties : 

Ces contreparties pourront soit vous être envoyées par La Poste, soit remises en main propre lors de la soirée de lancement du livre.
Voici donc ce que vous recevrez en remerciement de votre participation :


 5 euros ou plus : votre nom sur la page dédiée aux contributeurs + invitation à la soirée de lancement du livre (date et lieu à définir) + 4 cartes postales (10x15 cm) reprenant des photographies tirées du livre (contrepartie non-limitée).


 20€ ou plus : votre nom sur la page dédiée aux contributeurs + invitation à la soirée de lancement du livre (date et lieu à définir) + 4 cartes postales + un poster non-limité (60x80 cm) d'une photographie tirée du livre (contrepartie non-limitée).

 25€ ou plus : votre nom sur la page dédiée aux contributeurs + invitation à la soirée de lancement du livre (date et lieu à définir) + le livre Tribulations nippones (contrepartie non-limitée).

 40€ ou plus : votre nom sur la page dédiée aux contributeurs + invitation à la soirée de lancement du livre (date et lieu à définir) + le livre Tribulations nippones + 4 cartes postales + un poster non-limité (contrepartie non-limitée).


 100€ ou plus : votre nom sur la page dédiée aux contributeurs + invitation à la soirée de lancement du livre (date et lieu à définir) + le livre Tribulations nippones dédicacé + 4 cartes postales + un tirage photo non-limité de "Tokyo Night", format A4 (20x30 cm), imprimé sur du papier d'art Awagami haute qualité (contrepartie limitée à 50).


150€ ou plus : votre nom sur la page dédiée aux contributeurs + invitation à la soirée de lancement du livre (date et lieu à définir) + le livre Tribulations nippones dédicacé + 4 cartes postales + un poster non-limité + un tirage photo limité à 20 exemplaires de "Tokyo Rain", numéroté et signé, format A3 (29,7x42 cm), imprimé sur du papier d'art Awagami haute qualité (contrepartie limitée à 20).


 350€ ou plus : votre nom sur la page dédiée aux contributeurs + invitation à la soirée de lancement du livre (date et lieu à définir) + le livre Tribulations nippones dédicacé + 4 cartes postales + un poster non-limité + un tirage photo limité à 15 exemplaires de Kanazawa, numéroté et signé, format A2 (42x59,4 cm), imprimé sur du papier d'art Awagami haute qualité (contrepartie limitée à 9).


 700€ ou plus : votre nom sur la page dédiée aux contributeurs + invitation à la soirée de lancement du livre (date et lieu à définir) + le livre Tribulations nippones dédicacé + 4 cartes postales + un poster non-limité + un tirage photo limité à 15 exemplaires de Kanazawa, numéroté et signé, format A2 (42x59,4 cm), imprimé sur du papier d'art Awagami haute qualité + un tirage unique (procédé par transfert de pigments) de "Tokyo Rain" signé, format (env. 50x65 cm), contre-collé sur dibon (contrepartie limitée à 1).

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

En accord avec Camille et Simon, j'ai repris presque à l'identique le contenu de la présentation de leur projet sur le site d'Ulule, en zappant quelques phrases ou passages. MAIS, petite exclusivité pour le blog, ils m'ont fourni quelques photos, extraites du livre, à partager avec vous, histoire de finir de vous convaincre que le projet est vraiment HYPER cool. 


-----------------------------------------------------------------------------------------------------

Simon est photographe publicitaire au Mans. Après une jeunesse Club Dorothée - Manga - Judo, un passage aux Beaux-Arts de Versailles lui permet de définir ce qu’il fera de ses dix doigts. Il se lance en tant que photographe indépendant peu après et apprend le métier en autodidacte. Passionné par le Japon depuis toujours, ce voyage a été l’occasion de réaliser un rêve. C’est tout naturellement que le jour du départ, il a calculé le subtil moyen de remplir les valises à 90 % de matériel photo. Camille cherche toujours pourquoi elle a été interdite de vérifier la valise ...

Site internet : www.waap.fr / Page Facebook : Waap! Simon Lagoarde / Compte Instagram : @waapmeup

Camille, 26 ans, presque toutes ses dents, est graphiste et illustratrice indépendante au Mans. Bien trop jeune pour avoir connu le Club Dorothée (contrairement au vieillard plus haut), c’est au lycée qu’elle découvre la culture japonaise au travers du manga. Commence alors entre Camille et le Japon une idylle dévorante, qui se concrétisera quelques années plus tard par un merveilleux voyage.

Site internet : www.kiwii-illustration.fr / Page Facebook : Kiwii Illustration / Compte Instagram : @killanda


Alors, qu'en pensez-vous ? Allez-vous soutenir le projet ? 
(Pour soutenir le projet, clique ici ).

Rendez-vous sur Hellocoton !